À propos

Née en 1990, je suis tombée dans l’écriture dès mon plus jeune âge.

Vers 1994, je suis surtout tombée dans la marmite de la lecture. Impossible de m’endormir sans avoir déchiffré quelques pages d’un livre pour enfants, quitte à me faire gronder à partir de mes 6 ou 7ans parce que j’étais encore en train de lire alors que j’aurais du dormir depuis une bonne demi-heure.

C’est en 1998 que j’ai commencé à développer mes propres histoires. Ou en tout cas, à en laisser des traces. Huit ans, l’âge bénit où je m’auto-publiais pour la première fois. Un conte extra-court, écrit à la main sur quatre copies doubles grand carreau, que j’avais intitulé Le voleur de princesses. Original, pour une petite fille rêvant encore de contes de fée. J’avais poussé l’auto-édition jusqu’à faire une couverture dessinée par mes bons soins, et une quatrième de couverture sur laquelle l’intrigue était probablement dévoilée dans son intégralité. Je n’ai jamais retrouvé ce chef d’oeuvre, malheureusement, dont la seule et unique lectrice à l’époque fut ma chère maman.

L’année où je suis rentrée en cinquième, je développais mon 2e projet. Jamais terminé, car pour d’obscures raisons je trouvais que ce que j’écrivais n’avait aucun intérêt : c’était du vu et revu de la littérature dont j’avais été abreuvée jusque là. Mais je persistais malgré tout, pour deux raisons. La première étant que je n’avais pas d’autre idée sur laquelle écrire, et ça devenait une drogue, tout en me permettant d’améliorer mon style pour mes prochains projets. La deuxième est un peu moins avouable : en cette période bénie de la (pré)adolescence, cela me donnait un certain crédit à l’école.

Au lycée, gros projet : l’idée d’un roman se développe, je commence à faire des recherches, j’écris énormément, j’y passe des soirées entières… sans avancer d’un poil parce que je passe mon temps à me relire, re-relire et re-re-relire, et donc à corriger, re-corriger, et re-re-corriger. Trois chapitres à mon actif, l’arrivée de la vie étudiante, et là… c’est le drame !

Depuis, j’ai écris de manière anecdotique. Et ça me manquait. Ceux qui ont écrit un jour savent de quoi je parle. Alors je ne repars pas de zéro, mais je prends ici un nouveau départ.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s